Le congrès #FAMxParis : Le Dr Yves Juillet explique l'origine et l'intérêt (31 mai – 1er juin 2018 à l'Unesco)

Dr. Yves JUILLET, Fondation de l’Académie de Médecine

« Nous voulons faire mieux connaître les solutions originales et les conditions de leur mise en application en impliquant tous les pays partenaires et la France. »

Le Dr Yves Juillet, médecin est Secrétaire Général de la Fondation de l’Académie de Médecine (FAM).  Expert international en santé publique et en médicament, Yves Juillet est membre titulaire de l’Académie de médecine, division Santé publique et de l’Académie de Pharmacie.  Je l’ai interviewé dans le cadre de la préparation conjointe, FAM et Doctors 2.0,  du congrès FAMx Paris, une première mondiale, qui se déroulera à l’Unesco le 31 mai et 1er juin, 2018. (Inscriptions gratuites dans la limite des disponibilités).

DS: Le logo du congrès FAMXParis visualise les drapeaux de la France, puis le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine, le Sénégal, le Mexique. Quelle est la relation entre la Fondation de l’Académie de Médecine en France et ces pays ?

YJ : La Fondation (FAM) a voulu, sans se limiter à la francophonie, développer ses actions  avec des pays importants en taille et en population, mais dans lesquels le faible PNB par habitant se traduit par un système sanitaire en manque de ressources. Pour initier ces relations médicales entre la Fondation et ces pays, ont été mis en place des réunions bilatérales, les Forums FAMx, suivies d’actions communes de coopération, comme la médecine d’urgence en Chine, au Brésil et au Mexique, les maladies infectieuses et la traumatologie en Inde, le diabète en Russie, les conséquences de la pollution sur la santé en Chine….

DS : Comment est née l’idée de ce premier grand congrès international FAMX Paris  ?

YJ : La FAM a constaté, lors de ses Forums bilatéraux, que sur un grand nombre de thèmes ces pays étaient en avance sur la France, grâce en particulier à l’usage des nouvelles technologies et à une organisation des soins différente. C’est l’origine du thème de notre Forum FAMx Paris, « l’Innovation inversée en Santé. » Nous voulons faire mieux connaître ces solutions originales et les conditions de leur mise en application en impliquant tous les pays partenaires et la France. AIIMS All India Institute of Medical Sciences par exemple publie 800 publications par an et nous aurons parmi nous l’ancien directeur de AIIMS le Prof. Misra.

 

DS : FAMX Paris  fera état d’exemples concrets d’innovations inversées en réponse à trois défis.  Comment les résumer ?

YJ : Nous accueillerons plus de 40 intervenants. Les innovations médicales présentées montreront comment utiliser les nouvelles technologies pour 1) pallier les déserts médicaux et améliorer l’accès aux soins, 2) optimiser les coûts grâce aux innovations frugales, 3) créer de nouveaux rôles pour les professionnels de santé. Les intervenants de ces grands pays seront mis en présence avec des innovateurs français, des professionnels, des start-up…

DS : La FAM est partenaire de Doctors 2.0 & You qui mobilise ses compétences et sa communauté.  Quelle a été la raison de ce rapprochement ?

YJ : La FAM a développé ce partenariat avec Doctors 2.0 & You pour deux raisons. Sur le fond nous avons bien noté qu’un nombre des innovations portent sur les nouvelles technologies et leur impact sur les professionnels de santé. Avec Doctors 2.0 & You, nous allons aussi mieux informer et communiquer, enrichir les contacts aussi bien avec les start-up qu’avec les associations de patients, et engager très largement les acteurs de Santé lors du Forum et au-delà dans la mise en place de recommandations.

DS : Un mot à propos de l’intérêt des pharmaciens à participer à FAMx Paris  ?

YJ : Les pharmaciens sont concernés par tous les sujets de FAMX Paris , aussi bien l’accès aux soins, les déserts médicaux, les nouvelles relations avec les patients, les innovations frugales dont les dispositifs médicaux peuvent être un exemple. La vaccination en France est un très bon exemple du succès de l’implication de pharmaciens en matière de santé publique.

Denise Silber